Séminaire du 2 juillet 2021: Il lessico della pittura nelle lettere degli artisti. Filologia d’autore e tecniche dell’ecfrasi

Ciclo di seminari organizzato grazie al finanziamento «Projet innovant» delle Sorbonne Nouvelle, in collaborazione con il CIRRI-LECEMO, l’Università di Torino e l’École française de Rome (finanziamento “Impulsion” per il periodo 2021-2022).

Link di connessione

Contatti: anna.sconza@sorbonne-nouvelle.fr,  margherita.quaglino@unito.it

 

 

14.30 Luca D’Onghia (Scuola Normale Superiore di Pisa)

Per le lettere di Tiziano: lingua, testo, testualità

Alla luce di una serie di casi concreti – distribuiti lungo l’intero arco della vita dell’artista – il seminario si propone di riesaminare alcune questioni generali sollevate delle lettere superstiti di Tiziano Vecellio. Anzitutto: perché Tiziano scrive? e a chi si rivolge di preferenza? E poi: perché nel corpus che conosciamo l’atto di scrivere lettere è per lo più delegato a terzi? Da questa circostanza esterna deriva la spiccata disomogeneità del cosiddetto epistolario: disomogeneità di toni, di lessico, di tipi testuali, che merita di essere messa in evidenza più di quanto non si sia forse fatto fin qui. Ma in quest’ottica assumono un rilievo tanto maggiore anche le poche lettere certamente autografe: le uniche cioè da cui si possano ricavare dati sicuri in merito alla cultura grafica, linguistica e testuale di Tiziano, e sulle quali ci si soffermerà perciò con la debita attenzione. Dall’esame diretto di alcuni pezzi significativi emergeranno così tanto il carattere complessivamente composito della serie epistolografica in questione quanto i numerosi problemi a tutt’oggi aperti nell’àmbito della filologia tizianesca.

Les lettres de Titien : langage, texte, textualité

À la lumière d’une série de cas concrets – répartis tout au long de la vie de l’artiste – cette intervention vise à réexaminer certaines questions générales soulevées par les lettres que l’on conserve de Titien. Tout d’abord, pourquoi Titien écrit-il et à qui préfère-t-il s’adresser ? Et ensuite : pourquoi, dans le corpus qui nous connaissons, l’acte d’écrire des lettres est le plus souvent délégué à des tiers ? De cette circonstance externe découle le fort manque d’homogénéité de cette « correspondance » : manque d’homogénéité dans le ton, le lexique et les types textuels, qui mérite d’être souligné plus qu’on ne l’a peut-être fait jusqu’à présent. Dans ce contexte, cependant, les quelques lettres qui sont certainement autographes sont d’autant plus importantes : elles sont les seules à partir desquelles il est possible d’obtenir des informations fiables sur la culture graphique, linguistique et textuelle de Titien, et nous nous y attarderons donc avec toute l’attention requise. L’examen direct de quelques pièces significatives révélera ainsi à la fois le caractère composite global de la série épistolaire en question et les nombreux problèmes encore ouverts dans le domaine de la philologie titienne.

 


15.15 Michele Bellotti (Sorbonne nouvelle)

L’ecfrasi epistolare in Giorgio Vasari, fra dinamiche della scrittura e filologia del disegno

Autore delle monumentali Vite de’ più eccellenti pittori, scultori e architettori, Giorgio Vasari fu anche un prolifico autore di lettere. Uno dei tratti peculiari della sua scrittura epistolare è certamente la presenza massiccia di ecfrasi, che in questo contesto assumono però funzioni diverse rispetto al dispositivo ecfrastico delle Vite. Se nella sua raccolta di biografie d’artisti Vasari descrive opere altrui, nelle lettere descrive le proprie opere pittoriche, generalmente  rivolgendosi ai committenti con un chiaro intento di autopromozione del proprio valore artistico. Su un piano più nettamente documentario, il confronto tra le opere vasariane che ci sono giunte e le loro descrizioni epistolari consente la verifica di eventuali variazioni subite dal manufatto artistico nel corso della sua esecuzione. Ma, soprattutto, l’ecfrasi epistolare in Vasari apre scorci inattesi sulle dinamiche inerenti alla creazione artistica. L’immediatezza temporale propria della scrittura epistolare “fotografa” l’opera in un determinato momento del suo processo genetico, ne cristallizza le tempistiche e le modalità. Ne conseguono varie tipologie di ecfrasi: ecfrasi di opere compiute, in corso di realizzazione o appena abbozzate sotto forma di disegni preparatori e schizzi; se non addirittura “invenzioni”, idee non ancora concretizzatesi sulla carta. Un indizio essenziale è rappresentato dal lessico di cui Vasari si serve, in particolare i tempi e i modi verbali, che sembrano correlati alla fase di esecuzione dell’opera e alle dinamiche di redazione e ricezione della lettera in cui essa viene presentata (come, per esempio, il fatto che alla missiva venga allegato un disegno dell’opera descritta : in tal senso, dato che le descrizioni di disegni preparatori sono maggioritarie, preziosi elementi di riflessione sono offerti nell’ambito della filologia del disegno).

L’ekphrasis épistolaire chez Giorgio Vasari, entre dynamiques de l’écriture et philologie du dessin

Auteur des monumentales Vite de’ più eccellenti pittori, scultori e architettori, Giorgio Vasari fut également un épistolier prolifique. L’un des traits distinctifs de son écriture épistolaire est certainement la présence massive d’ekphraseis, qui, dans ce contexte, remplissent pourtant des fonctions différentes par rapport au dispositif ekphrastique des Vies. Si dans son recueil de biographies d’artistes Vasari décrit les œuvres d’autrui, dans ses lettres ce sont ses propres œuvres de peintures qu’il décrit, généralement à l’intention des commanditaires et dans un but évident d’autopromotion de sa propre valeur artistique. Sur un plan plus nettement documentaire, la comparaison entre les œuvres vasariennes qui nous parvenues et leurs descriptions épistolaires permet de vérifier d’éventuelles variations que l’artefact aurait subies au cours de son exécution. Mais surtout, l’ekphrasis épistolaire chez Vasari ouvre des brèches inédites sur les dynamiques inhérentes à la création artistique. L’immédiateté temporelle propre à l’épistolarité « capte » l’œuvre dans un moment donnée de son processus génétique ; les temporalités et les modalités de ce dernier sont en quelque sorte cristallisées. Ce qui donne lieu à différentes typologies d’ekphraseis : des ekphraseis d’œuvres achevées, en cours de réalisation ou ébauchées sous forme de dessins préparatoires ou de croquis ; et même des ekphraseis d’invenzioni, des idées n’ayant pas encore été couchées sur la feuille. Un indice essentiel est représenté par le lexique que Vasari emploie, notamment les temps et les modes verbaux, qui semblent être en corrélation avec la phase d’exécution de l’œuvre et avec les dynamiques de rédaction et de réception de la lettre dans laquelle l’œuvre est présentée (comme, par exemple, le fait qu’un dessin de celle-ci soit envoyé en pièce jointe : en ce sens, puisque les descriptions de dessins préparatoires sont majoritaires, de précieux éléments de réflexion s’offrent à nous quant à l’étude philologique des dessins).

Allegato D’Onghia

Allegato Bellotti

Pour citer cet article : Arterm, "Séminaire du 2 juillet 2021: Il lessico della pittura nelle lettere degli artisti. Filologia d’autore e tecniche dell’ecfrasi," in Visibile parlare, 22/06/2021, https://arterm.hypotheses.org/498.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search