Le lexique de la couleur, France–Italie (XIIIe – XVIIe siècles)

Raphaël, Le Triomphe de Galatée, 1511, Villa Farnesina, Rome –  © domaine public

Journées d’études du projet ArTerm : Ecole Française de Rome, 4-5 février 2022

Dans le cadre du projet interdisciplinaire sur le Lexique de la peinture du XIVe au XVIIe siècles en France, Italie et Espagne, au croisement entre histoire de l’art, la restauration et l’histoire de la langue, cette première journée d’études consacrée au Lexique de la couleur permettra de se focaliser sur les techniques picturales de l’époque moderne au sens large, depuis le Moyen Âge tardif italien jusqu’à l’Âge classique en France.

Il s’agira d’aborder le thème de la couleur dans différents domaines, situés aux frontières de celui des techniques picturales : des livres de recettes de médecine, à l’optique, jusqu’aux traités de théorie de l’art qui considèrent les couleurs à utiliser en fonction de leur valeur esthétique et symbolique. La deuxième partie de la rencontre se présente comme un tour d’horizon des projets numériques en cours relatifs à la langue de la couleur en France et en Italie (Le parole dell’arte, Accademia della Crusca) afin d’évoquer les choix et les approches adoptés par leurs concepteurs. Pour finir, l’actualité éditoriale a vu paraître plusieurs ouvrages collectifs relatifs à la couleur et aux aspects techniques de la peinture : auteurs et éditeurs viendront discuter de Le tecniche dell’arte (Mursia, 2021).

Les intervenants des deux demi-journées sont enfin conviés à une visite de la Villa Farnesina, afin de faire l’expérience de la perception à la lumière naturelle des couleurs de fresques de la Villa, la demeure-musée qui est l’un des chefs-d’œuvre majeurs de la Renaissance, à redécouvrir dans des conditions proches de la perception originelle de ce décor.

Responsables scientifiques et organisation : Anna Sconza et Julia Castiglione (Sorbonne Nouvelle), Margherita Quaglino (Université de Turin)

Partenaires : CIRRI-LECEMO; ITEM-CNRS/ENS; Università di Torino; Université Sorbonne Nouvelle Paris 3


Elena Artale, Per una lingua delle ricette, tra medicina e arte (secc. XIII-XV)

I ricettari (genere testuale che si diffonde già nel XIII sec., e perdura fino all’epoca moderna) sono diventati oggetto di studio dal punto di vista linguistico in un periodo relativamente recente, dopo aver a lungo suscitato interesse soprattutto in relazione ai loro contenuti. Studiosi di storia dell’arte, di storia della medicina, di alchimia, metallurgia, hanno attinto a questi testi come fonti per ricostruire saperi e abilità medievali e rinascimentali. Più recentemente ha preso piede l’interesse per la specificità del lessico settoriale tramandato dalle ricette per i rispettivi ambiti contenutistici (lessico botanico, anatomico, medico, artistico, minerario, gastronomico, ecc.), con proliferare soprattutto di glossari specialistici. Il mio intervento punterà l’attenzione su lessemi e strutture linguistiche comuni alle ricette a prescindere dai contenuti, dunque essenzialmente sui verbi adoperati e su specifici moduli sintattici ricorrenti, guardando in particolare al settore medico e a quello artistico. Vidéo

Elena Artale, Pour une langue des recettes, entre médecine et art (XIIIe-XVe siècles)

Les livres de recettes (un genre textuel qui s’est répandu dès le XIIIe siècle et a perduré jusqu’à l’époque moderne) ont fait l’objet d’études linguistiques relativement récemment, après avoir longtemps suscité un intérêt principalement lié à leur contenu. Les spécialistes de l’histoire de l’art, de la médecine, de l’alchimie et de la métallurgie se sont appuyés sur ces textes pour reconstituer les connaissances et les compétences du Moyen Âge et de la Renaissance. Plus récemment, un intérêt croissant s’est manifesté pour la spécificité du lexique sectoriel transmis par les recettes, en fonction de leurs divers contextes (lexique botanique, anatomique, médical, artistique, minier, gastronomique, etc.), avec une prolifération de glossaires spécialisés. Mon exposé se concentrera sur les lexèmes et les structures linguistiques communs aux recettes indépendamment de leur contenu, donc essentiellement sur les verbes utilisés et sur les formes syntaxiques spécifiques et récurrentes, en examinant en particulier les domaines de la médecine et de l’art.


Michela Del Savio, Circolazione di ricette e ricettari nello spazio romanzo: l’esperienza di un piccolo cantiere

L’intervento sarà dedicato alla presentazione di un lavoro collettivo in corso presso il Romanisches Seminar di Zurigo, che mira alla pubblicazione e alla comparazione di una raccolta di alcuni ricettari inediti redatti in diverse lingue romanze. A partire dall’esempio di un testo quadrilingue (latino, italiano, francese e catalano) compilato a Napoli dallo stampatore e umanista Arnaldo da Bruxelles, proponendo esempi anche da testi francesi e provenienti dai dominî marittimi veneziani, si potrà arricchire la discussione attorno ai temi dello scambio lessicale, della creazione e della circolazione testuale, e delle influenze reciproche tra lingue e culture. Vidéo

Michela Del Savio, Circulation des recettes et livres de recettes dans l’espace roman : l’expérience d’un petit chantier

Cet exposé sera consacré à la présentation d’un travail collectif en cours au Romanisches Seminar de Zurich, qui vise à publier et à comparer une collection de livres de recettes inédits écrits dans différentes langues romanes. En partant de l’exemple d’un texte quadrilingue (latin, italien, français et catalan) compilé à Naples par l’imprimeur et humaniste Arnaldo da Bruxelles, et en incluant des exemples de textes français et des domaines maritimes vénitiens, la discussion sera enrichie par les thèmes de l’échange lexical, de la création et de la circulation des textes, et des influences mutuelles entre langues et cultures.


Simona Rinaldi, I nomi dei colori. Identificazione ed etimologia nella letteratura artistica tra XIV e XVII secolo

In un saggio dedicato ai nomi dei colori nell’alto Medioevo John Gage evidenziava nel 1998 la difficoltà di associare la terminologia presente nella letteratura artistica alle colorazioni osservabili sulle miniature dei codici e ai materiali utilizzati nelle botteghe pittoriche. Il presente contributo intende espandere l’esame avviato da Gage, prendendo in considerazione le fonti storico-artistiche dalla fine del Trecento fino ad alcune testimonianze seicentesche, in relazione all’intero campo della pittura, sia essa su muro, tavola, tela, carta, pergamena etc. Saranno pertanto analizzati i nomi dei colori attraverso la selezione di alcuni termini ritenuti esemplari, ad esempio dal giallo ‘arzica’, al giallo santo, dal verde vescica al verdeazzurro, dal biffo al pavonazzo. Tali denominazioni saranno indagate ricostruendo la loro etimologia e ponendola in relazione con le tinte percepite visivamente e i procedimenti esecutivi per la loro manifattura descritti nelle fonti, al fine di favorire la loro univoca identificazione, e al contempo superare le interpretazioni lacunose e contrastanti che talvolta sono presenti sia nella bibliografia storico-artistica che nei dizionari etimologici. Vidéo

Simona Rinaldi, Les termes des couleurs. Identification et étymologie dans la littérature artistique entre XIVe et XVIIe siècles

En 1998, dans un essai consacré aux noms des couleurs au haut Moyen Âge, John Gage a souligné la difficulté d’associer la terminologie utilisée dans la littérature artistique aux couleurs que l’on peut observer dans les enluminures des manuscrits et aux matériaux utilisés dans les ateliers de peinture. Cette contribution entend élargir l’examen initié par Gage, en prenant en considération les sources de l’histoire de l’art depuis la fin du XIVe siècle jusqu’à certains témoignages du XVIIe siècle, en relation avec le domaine entier de la peinture, que ce soit sur mur, panneau, toile, papier, parchemin, etc. Les noms des peintures seront donc analysés en sélectionnant quelques termes considérés comme exemplaires, par exemple du jaune “arzica” au jaune sacré, du vert vésiculeux au bleu-vert, du biffo au pavonazzo. Ces termes seront étudiés en reconstruisant leur étymologie et en la mettant en relation avec les couleurs perçues visuellement et les procédés de fabrication décrits dans les sources, afin de faciliter leur identification sans ambiguïté et en même temps de surmonter les interprétations incomplètes et contradictoires que l’on trouve parfois dans la bibliographie de l’histoire de l’art et dans les dictionnaires étymologiques.


Elisa Altissimi, Il trattato de’ colori de gl’occhi di Giovan Battista Gelli: edizione, aspetti linguistici e termini di colore

L’intervento presenterà l’edizione del Trattato de’ colori de gl’occhi (1552), volgarizzamento dell’accademico e letterato fiorentino Giovan Battista Gelli del De coloribus oculorum (1550) del filosofo napoletano Simone Porzio. Si descriveranno innanzitutto i criteri editoriali adottati dall’autrice. Saranno successivamente messi in luce vari aspetti di natura fonomorfologica e sintattica del testo: quest’ultimo risulta infatti interessante dal punto di vista linguistico, perché presenta caratteristiche del fiorentino dell’uso vivo cinquecentesco, promosso in quel periodo dall’Accademia Fiorentina in seno al dibattito generalmente noto come questione della lingua. Si presenterà inoltre il metodo di traduzione utilizzato da Giovan Battista Gelli, attraverso un confronto tra la traduzione e l’originale latino. Sarà infine proposta una panoramica dei termini di colore presenti all’interno del trattato, con particolare attenzione per quelli più interessanti dal punto di vista storico-linguistico. Lo studio dei termini di colore del XVI secolo, iniziato con il lavoro per la tesi magistrale, che culminerà nell’edizione del Trattato de’ colori de gl’occhi, prosegue attualmente all’interno del percorso dottorale. L’intervento si concluderà infatti con la presentazione del progetto di dottorato in corso, volto alla realizzazione di un glossario contenente i cromonimi in uso nel corso del XVI secolo. Si presenterà in questa sede il corpus principale, costituito da sei trattati cinquecenteschi dedicati alla simbologia del colore, grazie al quale è stato possibile definire un lemmario di riferimento. Saranno infine presentate alcune voci del glossario in corso di realizzazione. Vidéo

Elisa Altissimi, Il trattato de’ colori de gl’occhi di Giovan Battista Gelli: edizione, aspetti linguistici e termini di colore

Cet exposé présentera l’édition du Traité de la couleur des yeux (1552), une traduction en langue italienne du De coloribus oculorum (1550) du philosophe napolitain Simone Porzio, par le lettré académicien florentin Giovan Battista Gelli. Tout d’abord, les critères éditoriaux adoptés par l’auteur seront décrits. Divers aspects phonomorphologiques et syntaxiques du texte seront ensuite mis en évidence: le texte est intéressant d’un point de vue linguistique, car il présente les caractéristiques de la langue vernaculaire florentine parlée au XVIe siècle, promue à l’époque par l’Accademia Fiorentina, dans le cadre du débat généralement connu comme la question de la langue. La méthode de traduction utilisée par Giovan Battista Gelli sera également présentée à travers d’une comparaison entre la traduction et l’original latin. Enfin, une vue d’ensemble des termes de couleur contenus dans le traité sera proposée, avec une attention particulière pour les plus intéressants d’un point de vue historico-linguistique. L’étude des termes de couleur du XVIe siècle, qui a commencé par un travail pour un mémoire de Master, débouchera sur l’édition du Trattato de’ colori de gl’occhi, et se poursuit actuellement dans le cadre du doctorat. En effet, l’exposé se terminera par la présentation du projet doctoral en cours, qui porte à la création d’un glossaire contenant les chromonymes en usage au XVIe siècle. On présentera le corpus principal, constitué de six traités du XVIe siècle consacrés au symbolisme de la couleur, grâce auquel il a été possible de définir un répertoire de termes de référence. Enfin, quelques entrées du glossaire en cours seront présentées.


Bruno Haas, Des couleurs principales aux couleurs primaires (XVIe-XVIIe siècles)

A partir du XVIIe siècle, on voit s’installer une description du champ de l’expérience chromatique qui se base essentiellement sur deux couleurs extrêmes (noir et blanc), trois couleurs principales (bleu, rouge et jaune) et trois couleurs dérivées (violet, vert et orange). Dans la théorie plus moderne, on distingue dans ce sens les couleurs “achromatiques” des couleurs “primaires” et “secondaires” obtenues par mélange. Or, l’étude des sources et de la peinture plus anciennes montre que cette découpe du champ de l’expérience chromatique est le produit d’un processus historique. Jusqu’au XVIe siècle (Léonard de Vinci inclu), la liste des couleurs “principales” est différente. On peut l’étudier dans un corpus de textes extrêmement riche et varié (commentaires d’Aristote, minéralogie, médecine, traités de peinture etc.) Je dégagerai quelques lignes de force qui permettent de s’orienter dans les méandres de cette terminologie. Toute la tradition médiévale connaît sept couleurs principales (noir et blanc inclus), et distingue notamment deux types de rouge. La différence entre “métaux” et “couleurs” (parmi les “émaux” des armoiries) introduit d’autres asymétries qu’il faut prendre en compte. On esquissera rapidement le cadre théorique et lexical qui aura accompagné ces changements fondamentaux en indiquant quelques variations dans l’usage des termes “transparent” et “opaque”. Vidéo

Bruno Haas, Des couleurs principales aux couleurs primaires (XVIe-XVIIe siècles)

A partire dal XVII secolo, si stabilì una descrizione del campo dell’esperienza cromatica basata essenzialmente su due colori estremi (bianco e nero), tre colori principali (blu, rosso e giallo) e tre colori derivati (viola, verde e arancione). Nella teoria più moderna, si distingue in questo senso tra colori “acromatici” e colori “primari” e “secondari” ottenuti per mescolanza. Tuttavia, lo studio di fonti e dipinti più antichi mostra che questa divisione del campo dell’esperienza cromatica è il prodotto di un processo storico. Fino al XVI secolo (compreso Leonardo da Vinci), la lista dei colori “principali” è diversa. Si può studiare in un corpus di testi estremamente ricco e vario (commenti di Aristotele, mineralogia, medicina, trattati di pittura, ecc.). Metterò in evidenza alcuni assi principali che aiuteranno ad orientarsi nei meandri di questa terminologia. Tutta la tradizione medievale conosce sette colori principali (compresi il bianco e il nero), e distingue due tipi di rosso. La differenza tra “metalli” e “colori” (tra gli “smalti” degli stemmi) introduce altre asimmetrie che devono essere prese in considerazione. Il quadro teorico e lessicale che ha accompagnato questi cambiamenti fondamentali sarà brevemente delineato, indicando alcune variazioni nell’uso dei termini “trasparente” e “opaco”.


Helen Glanville, Couleur – matériaux et perception dans la peinture de Nicolas Poussin

À partir de quelques tableaux de Nicolas Poussin, j’évoquerai l’importance de la couleur dans l’expression de la pensée de l’artiste et les différents niveaux de signification de ses œuvres aux yeux des membres de son entourage, qui partageaient non seulement sa passion pour les vestiges de l’Antiquité mais aussi pour les écrits des philosophes et des poètes qui avaient inspiré ses œuvres. J’examinerai le rôle du choix des matériaux dans la signification de ces tableaux. Il s’agira ainsi de voir à quel point sa pratique reflète ses connaissances de la philosophie naturelle relative à la définition de la lumière, de la couleur et de la perception (Alhazen, Léonard, Zaccolini), et comment Poussin mobilise ces savoirs pour exprimer sa pensée dans les plus petits détails, à la manière des poètes et des musiciens. Poussin utilise la matière picturale comme moyen d’expression des émotions à l’origine de la création artistique. Comme Diotime le dit en effet à Socrate, toutes les formes de création sont poétiques. Selon les propres mots de Poussin à son ami et mécène Paul Fréart de Chantelou, au sujet du choix des mots de Virgile, « [Virgile] acommode le propre son du vers avec tel artifice que proprement semble qu’il mette devant les yeus avec le son des paroles les choses desquelles il traicte, de sorte que où il parle d’amour l’on voit qu’il a artificieusement choisi aucunes parolles douces plaisantes et grandement gratieuses à ouir, de là où il a chanté un fet d’Arme ou descrit une bataille navale ou une fortune de mer il a choisi des parolles dures aspres et déplaisantes. » Vidéo

Helen Glanville, Colore – materiali e percezione nella pittura di Nicolas Poussin

Attraverso alcune opere di Nicolas Poussin, si esaminerà il ruolo centrale del colore nell’espressione del pensiero dell’artista e i diversi livelli di significato dei suoi dipinti per i membri della sua cerchia che condividevano il suo interesse sia per le vestigia dell’Antichità che per gli scritti di filosofi e poeti, materialmente tradotti nelle sue opere. Sarà discusso il ruolo della scelta dei materiali nel significato delle opere; il modo nel quale l’esecuzione rifletta la sua comprensione della “filosofia naturale” per quanto riguarda la definizione della luce, del colore e della percezione (Alhacen/Leonardo/Zaccolini), e come questi permettano a Poussin di esprimere il suo pensiero attraverso dettagli minuti, alla maniera dei poeti e dei musicisti. Poussin usa la materialità della pittura per trasmettere l’emozione che fa nascere l’opera d’arte. Come dice Diotima a Socrate, ogni forma di creazione è poesia. Nella nota lettera di Poussin al suo amico e mecenate Chantelou, egli spiega infatti che Virgilio «modula il suono del verso con arte così straordinaria che sembra davvero che metta davanti agli occhi, con il suono delle parole, le cose di cui tratta: dove parla d’amore si vede che ha scelto ad arte parole dolci, suadenti e gradevoli all’udito; dove canta un fatto d’armi o descrive una battaglia navale o una burrasca ha scelto parole dure, aspre e sgradevoli a udirsi».


Marco Biffi, Nicoletta Maraschio, Dipingere con le parole. Un sondaggio sulle espressioni di colore nella banca dati “Le parole dell’arte”

L’intervento si ripropone di analizzare in chiave storico-linguistica le espressioni di colore emergenti dalla consultazione della piattaforma “Le parole dell’arte. Per un lessico della storia dell’arte nei testi dal XVI al XX secolo”. La piattaforma, realizzata dalla Fondazione Memofonte e dall’Accademia della Crusca, è un aggregatore che consente la consultazione in simultanea di varie banche dati testuali che raccolgono trattati d’arte del Cinquecento, scritti di Luigi Lanzi, Giovan Battista Cavalcaselle, Adolfo Venturi, Roberto Longhi, artisti e autori futuristi. Vidéo

Marco Biffi, Nicoletta Maraschio, Peindre avec les mots. Un sondage sur les expressions de couleur dans la base de données “Les mots de l’art”

Cette intervention propose d’analyser, d’un point de vue historico-linguistique, des expressions de la couleur qui resorte de la consultation de la plateforme numérique “Le parole dell’arte. Per un lessico della storia dell’arte nei testi dal XVI al XX secolo”. Ce site web, créée par la Fondation Memofonte et l’Accademia della Crusca, est un outil qui permet la consultation simultanée de plusieurs bases de données textuelles contenant des traités d’art du Cinquecento, des écrits de Luigi Lanzi, Giovan Battista Cavalcaselle, Adolfo Venturi, Roberto Longhi et des artistes et auteurs futuristes.


Sandro Baroni, Terminologie per pigmenti e colori nella trattatistica di Gherardo Cibo

In questo contributo si intendono esporre alcune problematiche relative al corpus degli straordinari scritti di Gherardo Cibo. Questi sono tra i più notevoli, dal punto di vista tecnico artistico, dell’intero Cinquecento italiano, in relazione all’organicità, portata e specializzazione del tema. Cibo condivideva infatti un profondo interesse per il colore con altri studiosi di scienze naturali, a lui contemporanei quali Simone Porzio, Gerolamo Cardano, Ulisse Aldovrandi, Gian Vincenzo Pinelli, Ferrante Imperato. Recentemente, una serie di studi nell’ambito della letteratura tecnico artistica concernente l’illustrazione naturalistica e la pittura di paesaggio ha individuato la vasta produzione di testi di Gherardo Cibo. La paternità del Trattato di Miniatura è ora ricondotta a Gherardo Cibo, al posto di un improbabile Valerio Mariani da Pesaro. Quest’ultimo era infatti solo proprietario dell’antigrafo copiato da due calligrafi professionisti, rispettivamente Antonello Bertozzi e Sebastiano Zanella, nei due codici di Yale e Leyda. La scoperta di un ulteriore testimone del trattato a Verona, tra le carte Bianchini, fuga ogni dubbio in proposito. Tuttavia, un gruppo di altre opere, sia estratti tecnici dai Diari di Cibo, sia memoranda che note, contribuiscono al Trattato di Miniatura costituendone di fatto le “varianti d’autore. Non ci sono molte difficoltà a considerare i vari testi riconducibili alla attività di Gherardo, in quanto appaiono inequivocabilmente come un nucleo omogeneo costituente un’unica elaborazione, di per sé strettamente connessa. Due dei trattati più importanti (Colorire all’aquarella e Modi di colorire e far paesi) sono stati pubblicati con trascrizioni integrali, mentre per altri (es. Arcani di Pittura di Monsù della Rocca) i lavori sono ancora in corso. L’opera tecnica di Cibo mostra il passaggio dalla tradizionale pratica della miniatura a nuove esigenze di coloritura delle opere illustrate a stampa e di riproduzione scientifica. In tutto ciò appare evidente un debito nei confronti della trattatistica di Leonardo, in particolare con il Codex Urbinas latinus 1270 del Libro di pittura, di cui Cibo doveva aver avuto, necessariamente, una precoce conoscenza.

Sandro Baroni, Terminologies pour pigments et couleurs dans les traités de Gherardo Cibo

Dans cette contribution, nous allons exposer certains problèmes liés au corpus des écrits extraordinaires de Gherardo Cibo. Ces écrits sont parmi les plus remarquables de tout le XVIe siècle en Italie, du point de vue technique et artistique, par rapport à l’unité de leur ensemble, à l’étendue et à la spécialisation du sujet. En fait, Cibo partageait un profond intérêt pour la couleur avec d’autres spécialistes des sciences naturelles de son époque, comme Simone Porzio, Gerolamo Cardano, Ulisse Aldovrandi, Gian Vincenzo Pinelli et Ferrante Imperato. Récemment, une série d’études dans le domaine de la littérature technico-artistique concernant l’illustration naturaliste et la peinture de paysage a permis d’identifier la vaste production de textes de Gherardo Cibo. La paternité du Trattato di Miniatura est maintenant attribuée à Gherardo Cibo, plutôt qu’à un improbable Valerio Mariani da Pesaro. Ce dernier n’était en fait que le propriétaire de l’antigraphe copié par deux calligraphes professionnels, respectivement Antonello Bertozzi et Sebastiano Zanella, dans les deux codices de Yale et de Leyde. La découverte d’un autre témoin du traité à Vérone, parmi les papiers Bianchini, dissipe tout doute à cet égard. Cependant, un corpus d’autres travaux, extraits techniques des journaux de Cibo, mémoires et notes, contribuent au Trattato di Miniatura, constituant de facto des “variantes d’auteur”. Il n’y a guère de difficulté à considérer les différents textes que l’on peut rattacher à l’activité de Gherardo, car ils apparaissent sans équivoque comme un noyau homogène constituant une seule élaboration, elle-même étroitement liée. Deux des traités les plus importants (Colorire all’aquarella et Modi di colorire e far paesi) ont été publiés avec des transcriptions complètes, tandis que pour d’autres (par exemple Arcani di Pittura di Monsù della Rocca) le travail est encore en cours. Le travail technique de Cibo montre le passage de la pratique traditionnelle de l’enluminure aux nouvelles exigences de la mise en couleur d’ouvrages imprimés illustrés et de la reproduction scientifique. Dans tout cela, une dette envers les écrits Léonard est évidente, en particulier envers le Codex Urbinas latinus 1270 du Livre de la peinture, dont Cibo devait nécessairement avoir une connaissance précoce


Table ronde de présentation de l’ouvrage Le tecniche dell’arte, éd. M. Mander et S. Baroni, par Giorgio Bonsanti et Paolo Bensi Vidéo

Tecniche dell'arte. Vol. 1 - copertina

Pour citer cet article : Arterm, "Le lexique de la couleur, France–Italie (XIIIe – XVIIe siècles)," in Visibile parlare, 25/01/2022, https://arterm.hypotheses.org/581.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/03/2022

    […] seguito alla visita conclusiva del convegno sul Lessico del colore, siamo lieti di comunicare la prossima uscita del documentario Blu. I colori dell’arte, frutto […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search